Financement et cession d’entreprise : la start-up Capitalis Intelligence fait bouger les lignes

Déc 16, 2020 | Stories

 

 

Dans le secteur en pleine ébullition de la FinTech française, Capitalis Intelligence veut redonner le pouvoir aux dirigeants d’entreprises lors des opérations d’augmentation de capital ou de cession.

Sur un marché où le manque d’information, de préparation et de lisibilité de l’offre entraîne une sous-performance des opérations, la start-up lance une offre d’accompagnement des dirigeants d’entreprises (start-up, PME et ETI) permettant d’identifier, sélectionner et mobiliser les meilleurs acteurs du conseil et de l’investissement en fonction de leurs projets. La solution s’appuie sur une technologie propriétaire basée sur l’intelligence artificielle.

Levées de fonds en Série A, OBO, LBO… L’objectif est de rendre ces opérations complexes – et nécessitant l’intervention de plusieurs compétences spécifiques – plus accessibles et plus performantes

 

UN MARCHÉ OPAQUE OÙ LE CLIENT N’EST PLUS ROI

Aujourd’hui, un dirigeant qui souhaite réaliser une opération de haut de bilan doit, dans l’écrasante majorité des cas, faire appel à des conseils spécialisés. Banques d’affaires, cabinets d’audit, cabinets d’avocats… Autant de professionnels dont l’expertise est nécessaire pour mener l’opération, mais dont la mise en concurrence s’avère bien difficile, voire impossible : le marché est très dense, l’offre est en apparence peu différenciée et l’ensemble est devenu illisible pour des entrepreneurs dont la finance n’est tout simplement pas le métier.

Les capitaux étant plus abondants que les (bonnes) opportunités d’investissement, même difficulté pour le choix des investisseurs ou acquéreurs, particulièrement nombreux. Les dirigeants aux « bons dossiers », très recherchés, sont alors souvent directement démarchés par les acteurs du conseil et de l’investissement et, par manque de temps et de connaissance du milieu financier, s’en remettent à quelques-uns d’entre eux par défaut. Le tout sans garantie qu’ils seront les plus compétents pour exécuter leur opération, ni qu’ils présenteront leur dossier aux meilleurs investisseurs.

Les rapports de force s’en trouvent déséquilibrés alors même que l’avantage devrait, au vu de l’état actuel du marché, revenir au dirigeant dont l’entreprise est convoitée.

 

UN DÉSÉQUILIBRE QUI NUIT À TOUT LE TISSU ÉCONOMIQUE

S’en suivent des opérations à l’issue non-optimale pour le dirigeant qui, faute d’avoir pu faire un choix éclairé, aura fait appel à des professionnels dont la compétence où les intérêts n’étaient pas les plus adaptés à son projet. Seront notamment impactés la valorisation de l’entreprise, le temps d’exécution de l’opération – déjà douloureusement longue par nature – l’actionnariat, et par extension le développement de la société.

De mauvaises expériences qui nuisent sur le long terme à l’ensemble du marché, puisqu’elles viennent renforcer la méfiance des dirigeants à l’encontre des acteurs financiers, intensifiant au passage le problème de rareté des entreprises candidates à ces opérations en capital.

 

CAPITALIS INTELLIGENCE : GUIDER, INNOVER, FACILITER

Pour répondre à ces problématiques, Capitalis Intelligence se place en tiers de confiance auprès des dirigeants en leur proposant de s’appuyer sur des recommandations impartiales, objectives et personnalisées, pour choisir en toute conscience les acteurs qui feront de leur opération une réussite.

L’accompagnement proposé se fait à trois niveaux en associant « le meilleur de l’humain et de la technologie » :

 

  • L’analyse et le diagnostic.

Le dirigeant qui souhaite réaliser une augmentation de capital sait ce qu’il veut faire, mais sait rarement quoi faire et par où commencer. Un problème qui peut mener aux situations décrites précédemment. En mobilisant un Advisory Board, Capitalis Intelligence l’aide à cerner ses besoins, l’accompagne dans la réflexion stratégique et lui indique les possibilités qui s’offrent à lui en toute impartialité. Un moyen d’éviter l’intervention d’intermédiaires qui n’auraient pas ses intérêts à cœur.

 

  • L’identification et la sélection

Pour permettre au dirigeant de choisir les meilleurs partenaires pour son opération selon des critères définis de performance et d’adéquation avec les besoins caractérisés, Capitalis Intelligence analyse l’intégralité du marché et propose les plus pertinents. Sa technologie collecte, agrège et analyse les données provenant d’un maximum de sources hétérogènes.

« Contrairement à d’autres acteurs, Capitalis Intelligence ne travaille pas avec des partenaires spécifiques mais opère une sélection sur l’intégralité du marché, ce qui assure notre impartialité » explique Dylan Peron, fondateur et président de la société.

L’objectivité est en effet garantie par un mapping dynamique de tout l’écosystème et par une sélection opérée par des algorithmes capables d’identifier les meilleures compétences selon le secteur, la taille de l’entreprise et la typologie d’opération.

 

  • Mobilisation et mise en relation

Une fois les meilleures compétences identifiées, Capitalis Intelligence constitue un pool concurrentiel de banques d’affaires, ainsi qu’une short-list d’investisseurs/acquéreurs et de  conseils (cabinets d’audit, avocats fiscalistes…) à même de mener l’opération de la manière la plus efficace possible. Le dirigeant est ensuite guidé dans le choix final des partenaires de confiance qui l’accompagneront dans son opération, de la préparation à la finalisation de celle-ci.

 

A PROPOS DE CAPITALIS INTELLIGENCE

La démarche de Capitalis s’inscrit dans une mission d’accompagnement des dirigeants, sur un marché où le rapport de force entre entrepreneurs et acteurs financiers est aujourd’hui injustement inversé.

Pour la start-up, cette situation constitue un problème structurel qui pèse lourdement sur la fluidité des opérations et entraîne une sous-performance : en proposant de mieux informer, de moderniser et de simplifier l’accompagnement, Capitalis Intelligence espère ainsi contribuer à redynamiser le marché du financement et de la cession d’entreprise.

L’année 2021 sera marquée par la publication d’un premier baromètre sur le financement et la transmission d’entreprises, issu d’une enquête d’opinion auprès de 140 dirigeants, à paraître au début de l’année prochaine, et par l’amorçage de l’activité avec déjà plus d’une dizaine de dossiers à intermédier. A noter que, afin de garantir son intégrité et son positionnement de tiers de confiance, la start-up ne fera pas appel à l’investissement privé pour financer sa croissance.

 

 

Dylan Peron, alumni emlyon business school, a créé Capitalis Intelligence en 2020.

La start-up a été récemment labellisée French Tech et est membre de Finance Innovation. Elle fait partie du programme mentorat.

Suivez son actualité sur Linkedin et visitez le site !