Si vous étiez chercheur et que vous travailliez dans un laboratoire dit P4, vous pourriez être amené à manipuler des virus hautement contagieux et à fort taux de mortalité. Risqueriez-vous d’être contaminé par un contact avec l’agent pathogène ? Probablement pas : vous seriez protégé. Equipé d’une tenue de sécurité maximale ventilée, dans un environnement hermétique, avec de l’air filtré, des sas, des douches de décontamination en sortie, rien ne serait laissé au hasard pour protéger votre santé et l’environnement extérieur.

Pourtant, si vous étiez médecin, infirmier ou aide-soignant en milieu hospitalier et que vous deviez prendre en charge un patient porteur du même virus, vous ne seriez équipé que d’une tenue de protection classique (masque, blouse, gants…), dans un environnement hospitalier standard et peu protégé. Votre sécurité et celle des autres dépendrait alors de votre formation, de votre diligence dans l’utilisation des équipements, mais aussi de votre niveau de stress et de fatigue aux moments les plus critiques comme ceux du déshabillage. Trop de variables, un niveau de risque élevé : personne n’est protégé.

 

En milieux hospitaliers, le manque d’équipements et d’installations pour la prise en charge des patients infectieux est une réalité qui se traduit de façon tragique en période de crises épidémiques :

  • Fort taux de contamination du personnel soignant (au 23/03/2020, en Espagne, ce sont 12% des effectifs de soignants qui sont contaminés au Covid-19)
  • Risque élevé de contamination nosocomiale.

 

L’INNOVATION AU SERVICE DE LA PROTECTION DES HOMMES

La société française Aspida s’est donnée pour mission de répondre à cet enjeu sanitaire en apportant au personnel soignant le même niveau de protection biologique qu’en laboratoire de haute sécurité.

En 16 mois, la start-up lyonnaise, incubée à emlyon business school, a déposé 4 brevets, prévu 450 000€ de R&D et développé toute une gamme de solutions innovantes pour répondre à la problématique d’accueil, d’isolement, de transfert et enfin d’hospitalisation de patients hautement infectieux. Conçues et étudiées pour être déployées rapidement dans n’importe quel établissement de soin, les technologies d’Aspida ont initialement été développées pour répondre aux crises épidémiques aiguës provoquées par des agents pathogènes de classe 4, tels que le virus Ebola qui a durement frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Mais en janvier 2020, à peine plus d’un an après sa création, la start-up a vu ses plans de développement bouleversés par le contexte international.

John Mumford et Guillaume Ribot, les co-fondateurs d’Aspida, reçoivent leurs premiers appels en lien avec la crise sanitaire mondiale du nouveau coronavirus, le Covid-19. Des manifestations d’intérêt émanant de différents pays dont l’Australie, l’Arabie Saoudite, l’Espagne et la Grèce. La situation d’urgence, inédite, allait exiger une grande agilité de la part de la jeune société.

Les technologies d’Aspida ont alors été revues et adaptées pour répondre aux exigences des virus de classe 3 dont fait partie le Covid-19 et, surtout, pour concevoir une solution performante, rapidement industrialisable et pouvant être déployée massivement.

« Il fallait répondre à cette problématique, nous avions déjà les technologies et les concepts, il fallait les rassembler en les adaptant de façon pragmatique à la pathogénicité du Covid-19 » explique Guillaume.

En moins de 6 semaines, Aspida a alors conçu, breveté, testé et fabriqué deux démonstrateurs fonctionnels d’un produit unique au monde : AGEMA, le premier kit de conversion d’une chambre standard en une chambre confinée à pression négative, conforme aux recommandations internationales pour la prise en charge en réanimation d’un patient Covid-19.

Les premières démonstrations, réalisées en mars sur des sites lyonnais et allemands, ont permis de produire les médias photos et vidéos explicatifs concernant le montage de la solution, nécessaires à son déploiement international.

 

COMMENT CA MARCHE ?

Installable en moins de 2h, réversible (démontable et réutilisable) et ultra-fonctionnel, AGEMA permet une prise en charge biosécurisée des patients dans n’importe quelle chambre (hôpital, hôtel, bureau…).

A l’image d’une chambre à pression négative classique, le kit est composé d’un sas d’habillage et d’évacuation sécurisée des déchets et d’un système de filtration absolue de l’air. A l’intérieur, la pression est négative : l’air peut entrer dans la chambre, mais ne peut pas en sortir avant d’être passé par un système de filtration HEPA (qui élimine 99.995% des particules).

Ces fonctions empêchent la contamination de l’environnement extérieur (l’air contaminé ne sort pas) et réduit considérablement les risques pour le personnel soignant en offrant les meilleures conditions de sécurité.

 

  

 

 

A QUOI CA SERT ?

Avec une capacité de production estimée à 200 unités en deux mois, la solution AGEMA pourra être déployée dans les pays encore peu touchés par la pandémie et pouvant encore compter sur une stratégie de « barrage » qui consiste à confiner tous les patients infectés.

Son déploiement rapide et à grande échelle viendra alors renforcer les infrastructures existantes adaptées à la prise en charge des patients infectieux, dont le faible nombre (150 chambres à pression négative en France) n’a pas permis de contenir l’épidémie à ses débuts dans les pays comme la France ou l’Italie.

AGEMA pourra ainsi être utilisé en phase 1 de l’épidémie et sur une partie de la phase 2 pour augmenter rapidement la capacité de réanimation confinée, mais aussi en phase 4 (retour à la situation antérieure) pour isoler les patients contaminés de façon rapide et systématique et ainsi prévenir une seconde vague de l’épidémie.

 

A propos d’Aspida :

Créée en 2019 à Lyon, Aspida développe des solutions innovantes de biosécurité. Sa mission est de protéger, partout et sans compromis, l’Homme et ses technologies contre tous les types de contamination. John Mumford et Guillaume Ribot, fondateurs et dirigeants de la start-up, s’appuient sur leur expérience acquise en travaillant sur des projets tels que l’Arche de Tchernobyl, le site de démantèlement d’armes chimiques français et plusieurs laboratoires P4 européens.

Dans le contexte actuel, Aspida connaît une accélération importante de ses activités, avec notamment le besoin de finaliser sa gamme de solutions. L’entreprise prévoit ainsi une levée de fonds en 2020 pour accélérer l’industrialisation et l’internationalisation sur son marché, dans l’objectif de devenir la référence mondiale des solutions confinées déployables pour la prise en charge de patients infectieux.

Pour en savoir plus : http://www.aspida.global/